Contact
FrancaisNotre travail

Interview: La violence et le harcèlement au travail sont des problèmes mondiaux

Actualités

Renforcement des capacités

Lire plus

Nicole Mathot est coordinatrice régionale et point de focal genre à CNV Internationaal. Les thèmes clés de son agenda sont le genre et la sécurité au travail : « La violence et le harcèlement au travail sont des problèmes mondiaux qui constituent un obstacle majeur à l'égalité de genre. Cela nuit non seulement aux employés, mais aussi aux employeurs et à la société dans son ensemble »

Nicole Mathot avec Ayicha Amoussa, présidente du comité des femmes de la COSI du Bénin, et Kafui Fiadjigbe du BCPA/Cotonou

Vous vous concentrez sur l'égalité de genre sur le lieu de travail, est-ce encore nécessaire en 2021 ?

Malheureusement, c'est certainement le cas : plus de 60 % des employés sont victimes de discrimination ou d'intimidation fondée sur le genre et une femme sur trois subit des violences physiques ou sexuelles au travail. En 2019, la Convention 190 contre la violence et le harcèlement au travail, révolutionnaire, a été adoptée par l'Organisation Internationale du Travail des Nations Unies (OIT). Ce traité comprend pour la première fois une définition large de la violence et de l'intimidation.


Ce qui est aussi particulier, c'est que le traité s'applique à toutes les situations de travail dans le secteur public et privé - quelle que soit la forme du contrat - mais aussi au secteur informel. Cela signifie que les femmes qui, par exemple, travaillent comme aides ménagères ou nounous dans une famille, sont également protégées. 

Jusqu'à récemment, aucun cadre juridique international ne considérait la violence et le harcèlement au travail comme une violation potentielle des droits humains.

COVID-19 a eu un impact majeur dans le monde entier, pensez-vous qu'il a également affecté la sécurité des femmes au travail ?

Corona a brouillé les frontières entre le travail et la situation familiale. Nous savons que la violence à la maison augmente en temps de crise et cela a également un impact au travail. La convention lie à juste titre le travail et la violence domestique. 


Les employeurs ont un devoir de diligence pour aider les employé(e)s - dont la majorité sont des femmes- qui se trouvent dans une telle situation. Par exemple, en leur accordant des congés afin qu'elles puissent prendre des mesures pour se protéger et s'assurer qu'elles ne perdent pas leur emploi et leur sécurité économique. 

De nombreuses femmes ont également perdu leur réseau social au travail à cause du Corona et risquent de s'isoler.

De nombreux syndicats, avec lesquels CNV Internationaal coopère, font attention à travailler en toute sécurité, pouvez-vous citer un exemple qui vous inspire ?

En raison des mesures restrictives de Corona, bon nombre de nos syndicats partenaires ont dû digitaliser leurs services à un rythme accéléré. Un syndicat comme la COSI au Bénin (Afrique) s'y est attaqué avec beaucoup d'énergie avec une ligne d'assistance téléphonique gratuite pour les femmes confrontées au harcèlement sexuel et à la violence au travail. Les femmes peuvent y recourir pour une aide psychosociale et juridique. Si nécessaire, la COSI-Bénin oriente les femmes vers une assistance médicale. 

 

Mais COSI-Bénin promeut également la prévention et la sensibilisation, par exemple en formant les journalistes sur la question des violences sexistes et du harcèlement au travail. 

COSI-Bénin a également mis en place un groupe WhatsApp, dénommé : « Les VBG, On en parle »  (Violences Basées sur le Genre) pour les prestataires de soins avec qui elle travaille. Ce groupe sert de plate-forme de discussion pour les travailleurs sociaux, les assistants juridiques, les psychologues, les médecins et les confidents syndicaux. 
 

J'ai une grande admiration pour la modératrice qui a déjà abordé de nombreux sujets tabous de manière respectueuse et qui indique le cadre légal à l'aide des textes légaux.

Quel a été un moment important pour vous personnellement et pourquoi ?

En mars 2019, en tant qu'experte genre avec des connaissances syndicales, j'ai fait partie de la délégation néerlandaise de négociation au sommet annuel des Nations Unies sur les femmes à New York: la "Commission on the Status of Women". 

Cela a été un regard fascinant sur les coulisses de l'ONU. Mais cela s'est également avéré une session mémorable avec beaucoup d'agressions verbales et d'intimidations numériques. 
 

Les droits acquis des femmes se sont avérés tout sauf évidents et ont dû être à nouveau défendus. J'ai donc été très soulagée que, plus tard cette même année, la Convention 190 contre la violence et le harcèlement au travail de l'Organisation Internationale du Travail, une agence spécialisée des Nations Unies, ait été adoptée à une écrasante majorité.

En collaboration avec l'experte genre Jane Pillinger, vous avez développé un outil que les syndicats peuvent utiliser pour tester s'ils travaillent d'une manière sensible au genre. Comment fonctionne l’outil ?

L'outil se compose d'un guide pratique, d'un questionnaire et d'un glossaire avec lesquels les syndicats peuvent évaluer eux-mêmes l'état de l'égalité des genres. Cela concerne à la fois l'organisation interne et la politique externe. 

Considérons, par exemple, une politique du personnel soucieuse de l'égalité des sexes, la nomination d’une personne de confiance en matière de VBG, l'implication des femmes et des jeunes dans la prise de décision, et l'inclusion de leurs intérêts dans la négociation collective.

Un plan d'amélioration concret est élaboré sur la base des résultats. L'outil est encore dans la phase pilote. Nous comptons également utiliser cet outil au sein de CNV aux Pays-Bas.

En savoir plus à ce sujet:

Page thématique preventir et combattre le harcèlement et la violence au travailFicher concernant la Convention 190

Date de publication 03 12 2021