Contact
FrancaisHistoires

Des stages et des emplois à la clé grâce au lobby syndical de l’UDTS

Actualités

Renforcement des capacités

Lire plus

Des stages pour 40 mille jeunes

La centrale syndicale sénégalaise UDTS œuvre depuis des années en faveur de l’employabilité des jeunes. Le comité des jeunes, très actif dans l’organisation, a pris l’initiative d’un travail intense avec d’autres organisations syndicales et le gouvernement pour changer la manière d’aborder le chômage des jeunes.

Une grande victoire a été remportée avec les nouveaux accords de la Convention nationale État-Employeurs (CNEE) entre le gouvernement et les employeurs. La Convention prévoit que le programme fournira des stages à quelque 40 000 jeunes diplômés.

Dans le cadre de ce programme, le gouvernement collabore avec le secteur privé pour accroître l’employabilité des jeunes grâce à des stages et du recyclage.

Ce programme est nécessaire en raison du chômage occulte parmi les jeunes. Nombreux sont ceux qui tentent de s’en sortir avec un travail informel, mais ils ne gagnent pas suffisamment pour en vivre. Beaucoup d’autres occupent aussi à des emplois d’un niveau inférieur à leur niveau d’instruction.

 

En juillet 2021, des partenariats ont été conclus avec des entreprises, ce qui a fourni un placement ou un contrat (temporaire) à 1 374 jeunes. Les entreprises concernées viennent des secteurs de l’agroalimentaire, la construction, les communications ou les TIC.

 

Auparavant, les programmes gouvernementaux destinés à enrayer le chômage des jeunes démarraient lentement et n’arrivaient pas à remettre suffisamment de jeunes au travail. Mais grâce à un lobby constant de la part de l’UDTS et d’autres organisations syndicales, ainsi qu’à la coopération avec le gouvernement, une nouvelle Convention a vu le jour, pour de meilleurs résultats en 2021.

En juillet, par exemple, 72 partenariats avec des entreprises ont été signés, aux termes desquels 1 374 jeunes ont bénéficié d’un placement ou d’un contrat d’emploi (temporaire). Les entreprises concernées viennent des secteurs de l’agroalimentaire, la construction, les communications ou les TIC.

Les jeunes de l’UDTS ont pris l’initiative dans l’élaboration, avec le gouvernement et les employeurs, d’un plan de stages et de recyclage. Ils œuvrent ainsi en faveur de l’employabilité des jeunes.

Plus de budget pour l’emploi

La stratégie conjointe des organisations syndicales mêlait travaux de recherche, formation de jeunes leaders et actions de lobby et de plaidoyer. Les jeunes de l’UDTS ont ici joué un rôle essentiel, avec le soutien de CNV Internationaal. Les opportunités d’emploi et un meilleur avenir pour les jeunes constituent désormais une priorité pour les organisations syndicales et le gouvernement.

Autre résultat important du lobby syndical : le gouvernement a libéré plus de ressources. Le budget de la Convention est ainsi passé d’un milliard de francs CFA (un peu plus de € 150 000) à vingt milliards de francs CFA (quelque € 30,5 millions).  

La nouvelle Convention comporte six programmes et devient donc un instrument essentiel dans la mise en œuvre de la politique nationale pour l’emploi des jeunes. Par ailleurs, d’autres programmes sont consacrés à l’emploi des jeunes et des femmes au Sénégal. C’est le cas du Prodac (Programme national des domaines agricoles communautaires), pour la promotion de l’emploi des jeunes et des femmes dans l’agriculture. La DER (Délégation générale à l'entreprenariat rapide des femmes et jeunes) stimule les capacités entrepreneuriales des jeunes et des femmes. Enfin, il y a le programme de l’Agence nationale pour l’emploi des jeunes (ANPEJ).

La voix des jeunes – projet video du Sénégal >

Au début de 2022, Ninou, jeune influenceur sénégalais, a arpenté les rues pour parler avec les jeunes à propos de l’emploi et des stages.

Regarder et écouter les histoires de Matou, Adama et Yacine.

Autres résultats

Date de publication 12 04 2022